Chant des sirènes

 

Un programme informatique suffisamment léger fut mis au point en 1991. Ce programme devait être accepté par toutes les configurations de Macintosh, du Mac-Plus au tout dernier modèle. Il consistait à gérer une banque de données, en l’occurrence des fragments de mes  dessins, environ une cinquantaine de ces fragments.

Dans cette banque, la machine saisit de façon aléatoire un maximum de trois fragments sur une cinquantaine sélectionnés. Ces fragments  sont ensuite associés suivant une géographie programmée aléatoirement elle aussi ( mise en miroir , retournement, espace aveugles…) afin de reconstituer un dessin.

Ces dessins ainsi générés par la machine conservent la marque de mes propres dessins.
Les capacités de vitesse de calcul de l’ordinateur permettent l’apparition à l’écran de chaque dessin généré dans un temps compris entre une fraction de seconde et cinq secondes.
Ces dessins apparaissent à l’écran un par un, en noir sur fond blanc, à intervalles réguliers. C’est donc de 700 à 3600 dessins originaux qui sont produits à l’heure. Les milliards de combinaisons possibles permettent d’imaginer une production pendant plusieurs siècles.

kamagra